Histoire d’objets #3

Histoire d’objets #3

Cette rubrique vous lance à la découverte, d’article en article, d’objets de notre collection, de toute provenance et de toute technique. À nous, et au blog, de vous permettre de plonger dans ces fabuleuses histoires !

Bibelots, bijoux et chapelets

Les cris des marchands ambulants sont figurés dans les arts graphiques depuis le Moyen Age et les manufactures de céramique se sont inspirées de ces séries de caractères très divers. Notre figurine en porcelaine tendre de la manufacture de Chelsea porte en anglais le titre « The Jewish Peddler ». Le mot colifichet désigne un « objet de fantaisie, de peu de valeur, utilisé pour la parure ou la décoration » (Larousse). Le colporteur dévoile les petits bibelots de son éventaire aux potentiels clients, les invitant d’un geste de la main à s’approcher.

La fondation de la manufacture de Chelsea à Londres remonte à 1743. Pendant les années 1750, son directeur Nicolas Sprimont, orfèvre de métier, a fait de la manufacture une des plus renommées d’Angleterre avec une production diversifiée de figurines et d’objets liés à l’art de table. La porcelaine tendre anglaise, dite aussi porcelaine « phosphatique », est composée de d’argile claire mélangée avec de la poudre d’os calciné.

La manufacture de Chelsea s’inspire – comme beaucoup d’autres – de la prestigieuse production de figurines de Meissen. « Le Marchand de colifichets » est créé d’après un modèle de Johann Joachim Kändler et de Peter Reincke.

Le marchand est élégamment habillé avec sa veste aux boutons dorés, ses belles chaussures et son long manteau doublé de fourrure avec son chapeau assorti. Les vêtements blancs, la boîte foncée et son contenu polychrome forment un beau contraste esthétique. La tête inclinée et le regard chagriné, il semble que sa posture exprime une certaine soumission. Son apparence vestimentaire et son attitude se contredisent. S’agit-il ici de l’évocation du Juif au siècle des Lumières, entre exclusion et assimilation ? Le modeste métier de colporteur ambulant est-il le résultat de sa persécution ?  

___________________________________________________________

Légende et copyright :

Le marchand de colifichets, Chelsea (Angleterre), 1756-1758
Porcelaine tendre, émaux polychromes et or
H. 18,5 cm
Inv. AR 1999-91
© Musée Ariana, photo : Nathalie Sabato

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À propos

Découvrir, apprendre, plonger dans le monde de la céramique et du verre, voilà ce que propose ce blog. Les textes sont signés par des collaborateurs-trices du musée mais aussi par des professionnel-le-s et des amateurs-trices venant parfois d’autres horizons. Tous et toutes prêt-e-s à faire partager leur savoir, chacun pose ici un regard passionné, scientifique et inédit, décalé et amusé parfois.

Articles récents

Le “Pique-nique”




Histoire d’objets #7


Série Vitrail #3


Contact

Rédaction
Isabelle Payot Wunderli (isabelle.payot-wunderli@ville-ge.ch)

Communication
Laurence Ganter (laurence.ganter@ville-ge.ch)
× Aller au contenu principal