Le “Pique-nique”

Le “Pique-nique”

Une exposition à voir jusqu’au 16 janvier !
Celle-ci résulte d’un projet réalisé en collaboration avec le DIP et 10 classes du primaire du canton, autour de l’exposition Conversation en plein air, présentée actuellement dans les salles contemporaines du Musée Ariana.

Lors de leur venue au musée, les élèves, muni.e.s de crayon et papier, ont d’abord été conduit.e.s au premier étage pour une visite active de l’exposition de l’artiste anglaise Charlottes Hodes. La médiatrice culturelle qui les accompagnait leur avait donné comme consigne d’aiguiser leur regard et d’essayer d’investiguer deux questions : tout d’abord celle des techniques artistiques employées par l’artiste, puis de s’atteler à comprendre le sujet de ses œuvres, en les comparant les unes aux autres. Il fallait noter les éléments observés pour ensuite pouvoir alimenter une discussion commune. Cette démarche a permis aux jeunes de prendre confiance en leur capacité d’observation et leur a fait comprendre que les œuvres d’art parlent en grande partie pour elles-mêmes, si l’on pose sur elles un regard patient et curieux. Ainsi, ils ont pu constater que l’artiste déployait sa créativité aussi bien dans le fin découpage et le collage de papiers colorés que dans la transposition de ce même procédé sur céramique. Alors que la représentation de son univers exclusivement féminin sur l’ensemble de son œuvre et ses déclinaisons du thème du Déjeuner sur lherbe (initié par Edouard Manet avec sa célèbre peinture éponyme datant de 1863) apportaient de l’unité à sa production artistique.

La deuxième partie de la présence des classes au musée se passait dans la salle polyvalente, où deux ateliers avaient été mis en place. L’atelier principal était un atelier “terre”, mené par une artiste-céramiste de l’Ariana. Après une petite démonstration, pour exposer aux jeunes les caractéristiques et les défis de la création céramique à laquelle ils et elles allaient s’atteler, c’était au tour des élèves de donner libre cours à leur imagination pour la réalisation d’un objet en porcelaine à emporter lors de leur pique-nique virtuel. Bon nombre de ces artistes en herbe ont choisi de s’attaquer à la réalisation d’un objet utilitaire, tels une tasse, un bol, une assiette ou un petit panier, chérissant l’idée de pouvoir s’en servir ensuite chez eux et chez elles, une fois l’exposition terminée. Certains élèves ont pensé à remplir leur vaisselle avec une belle variété d’aliments en porcelaine, allant du sandwich, à la pizza, en passant par des frites, des cuisses de poulet ainsi que des fruits. Les boissons n’ont pas été oubliées dans la représentation de ce que l’on pourrait appeler un repas bien équilibré, à mettre virtuellement entre les dents.

La représentation animalière est également bien présente dans la forme donnée à beaucoup d’assiettes, avec une nette préférence pour les chats. À cela s’ajoutent les cœurs, qui rythment aussi cette production de fin d’année.

Le deuxième atelier, mené par la médiatrice culturelle, consistait en la fabrication collective de la nappe de pique-nique, sur laquelle les objets fabriqués devaient être exposés. Chaque classe avait à sa disposition une partie du tissu blanc constituant la base de la nappe, sur laquelle les élèves étaient sensé.e.s coller le carré de tissus de récupération de leur choix, qu’ils et elles avaient préalablement découpé, pour constituer, au final, une grande nappe patchwork multicolore. Cet exercice du choix du motif, du découpage et du collage avait toute son importance, reprenant le procédé artistique de Charlotte Hodes, que les élèves avaient découvert lors de la visite de son exposition.

Le résultat du projet de Noël de cette année reflète ainsi la joie de vivre et nous invite à nous réjouir de nous retrouver lors des prochaines réunions, qui promettent d’être chaleureuses et conviviales.

Postscriptum :
Malheureusement, nous ne pouvons présenter que partiellement le résultat de ce projet suite à un dérèglement du four contenant plus de la moitié des pièces. Il arrive parfois, que dans le travail de la céramique, des cuissons ne se passent pas comme prévu. Le four ayant atteint des températures supérieures à sa capacité, les plaques de cuissons ont fusionné avec les objets des élèves avant de s’effondrer sur elles-mêmes. Nous avons décidé d’exposer malgré tout ces « ratés de cuisson » afin d’illustrer les aléas de la vie d’un ou d’une céramiste.
________________________________________________
Copyright des illustrations : © Musée Ariana, Boris Dunand

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À propos

Découvrir, apprendre, plonger dans le monde de la céramique et du verre, voilà ce que propose ce blog. Les textes sont signés par des collaborateurs-trices du musée mais aussi par des professionnel-le-s et des amateurs-trices venant parfois d’autres horizons. Tous et toutes prêt-e-s à faire partager leur savoir, chacun pose ici un regard passionné, scientifique et inédit, décalé et amusé parfois.

Articles récents

Le “Pique-nique”




Histoire d’objets #7


Série Vitrail #3


Contact

Rédaction
Isabelle Payot Wunderli (isabelle.payot-wunderli@ville-ge.ch)

Communication
Laurence Ganter (laurence.ganter@ville-ge.ch)
× Aller au contenu principal