Histoire d’objets #2

Histoire d’objets #2

Cette rubrique vous lance à la découverte, d’article en article, d’objets de notre collection, de toute provenance et de toute technique. À nous, et au blog, de vous permettre de plonger dans ces fabuleuses histoires !

Vous avez dit boccaro ?

Les premières théières importées en Europe au 17e siècle grâce à la Compagnie néerlandaise des Indes orientales sont appelées boccaro. Cette appellation dérive de buccaro, poterie mexicaine de couleur similaire importée dès le 16e siècle par les Portugais. Ces théières sont réalisées à Yixing, dans la province du Jiangsu, à 200 kilomètres de Shanghai.

Au début du 17e siècle, les Occidentaux découvrent une nouvelle boisson exotique, le thé, et son mode de préparation, grâce au commerce maritime international. Il suffit d’infuser les feuilles de thé dans l’eau chaude. Cette boisson va connaître un grand succès, comme le chocolat ou le café, breuvages qui avaient l’avantage d’être non alcoolisés, vivifiants et chauds.

Au cours des siècles, les potiers de Yixing n’ont pas manqué de créativité et d’imagination pour modeler des théières de formes diverses, s’inspirant du monde animal ou végétal, de la vaisselle de bronze antique ou reprenant des formes géométriques.

Cette théière en grès rouge prend la forme d’un segment d’arbre. Sa surface est décorée d’une branche de fleurs de prunus modelée et appliquée. Les trois éléments ajoutés (anse, goulot et prise) revêtent, comme le corps de la théière, une forme végétalisée, lui conférant une silhouette élégante, harmonieuse et équilibrée.

Si ces théières ont d’emblée séduit le marché européen, elles étaient également appréciées sur le marché chinois. Leur composition, en grès sous-cuit à une température de 1’100° à 1’200° degrés, permet de garder en mémoire le goût du thé pour le magnifier au cours des ans.

Depuis toujours, les théières de Yixing sont réalisées par des artistes, rompant ainsi avec la tradition chinoise d’une production anonyme et du travail à la chaîne, comme dans les manufactures de porcelaine de Jingdezhen. Les potiers deviennent des créateurs renommés, grâce à leurs liens avec des membres de l’intelligentsia chinoise : lettrés, poètes, écrivains, peintres… Ces mécènes des temps anciens n’hésitent pas à leur proposer des modèles inédits ou à les soutenir financièrement.

__________________________________________________________
Légende et copyright :
Théière, Yixing (Chine), 18e siècle
Grès rouge
L 17 cm
Inv. 7299
© Musée Ariana, Angelo Lui

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À propos

Découvrir, apprendre, plonger dans le monde de la céramique et du verre, voilà ce que propose ce blog. Les textes sont signés par des collaborateurs-trices du musée mais aussi par des professionnel-le-s et des amateurs-trices venant parfois d’autres horizons. Tous et toutes prêt-e-s à faire partager leur savoir, chacun pose ici un regard passionné, scientifique et inédit, décalé et amusé parfois.

Articles récents

Le “Pique-nique”




Histoire d’objets #7


Série Vitrail #3


Contact

Rédaction
Isabelle Payot Wunderli (isabelle.payot-wunderli@ville-ge.ch)

Communication
Laurence Ganter (laurence.ganter@ville-ge.ch)
× Aller au contenu principal